Forum de la Vie Consacrée à Lomé

Publié le par SVD TOG

Forum de la Vie Consacrée à Lomé

FORUM DE LA VIE CONSACRÉE

Lomé, 5 - 8 mars 2015 (Salle Agora Senghor)

«COMMUNAUTES DE CONSACRÉS, TEMOINS DE LA RECONCILIATION, DE LA JUSTICE ET DE LA PAIX»

Jeudi 5 mars : Soirée d’ouverture (17h.00 – 19h.30)

(Chants, théâtre, Accueil….)

Vendredi 6 mars : 9H00 – 14h.00

9H.00 Prière d’ouverture, accueil des délégations…

Discours : Président URCAO-USUMATO, Archeveque de Lomé, Evêque chargé de la vie consacrée au niveau de l’Afrique de l’ouest et du Togo…

10h.20 – 10h.30 : Petite Pause

10h.30 – 11h.30 : Intervention de Mgr Nicodème Barrigah :

« Communautés de consacrés, témoins de la réconciliation, de la justice et de la paix à partir des exhortations apostoliques Ecclesia in Africa et Africae Munus ».

11h.30 – 12h.00 : Pause

12h.00 – 13h.30 : Synthèse de l’intervention et débat/partage avec le Conférencier.

13h.30 : ora media et conclusion.

Samedi 7 mars 2015: 9h.00 – 14h.00

9h.00: prière initiale, informations, rappel de la première journée.

9h.30 – 10h.30 : Intervention du P. Vincent Kamberé, assomptionniste de Sokodé :

« Communautés de consacrés, témoins de la réconciliation, de la justice et de la paix à partir de l’exhortation apostolique Evangelii Gaudium».

10h.30 – 11h.00 : Pause

11h.00 -11h.50 : Synthèse et Débat/partage avec le conférencier

11h.50 – 12h.00 : Pause

12h.00 PANEL sur la Vie Consacrée

Quatre interventions (deux religieuses et deux religieux) de 10’ chacune en réponse à quatre questions tirées de la lettre «Réjouissez-vous » de la Congrégation pour les Instituts de la Vie consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique.(février 2014).

Franciscains (Fr. Alexis Bonda, communauté d’Adidogome)

L’inquiétude de l’amour pousse toujours à aller à la rencontre de l’autre, sans attendre que l’autre manifeste son besoin. L’inquiétude de l’amour nous offre le don de la fécondité pastorale, et nous devons nous demander, chacun de nous, comment se porte ma fécondité spirituelle, ma fécondité pastorale?

Salésiens (P. Ferdinand Zigui, tel. 90071286 : interviendra le Supérieur Provincial) zifer22000@yahoo.fr

Comment nous comportons-nous face à l’inquiétude de l’amour? Croyons-nous à l’amour envers Dieu et envers les autres? Ou sommes-nous nominalistes à ce sujet? Non pas de façon abstraite, pas seulement en paroles, mais le frère concret que nous rencontrons, le frère qui est à côté de nous! Nous laissons-nous inquiéter par leurs nécessités ou bien restons-nous enfermés en nous-mêmes, dans nos communautés, qui sont souvent pour nous une « communauté-confort »?

Sr. Séraphine Yina, Sœurs de Ste Catherine (Sokodé) maroba.yina@yahoo.fr

Nous pouvons nous demander, suis-je inquiet pour Dieu, pour l’annoncer, pour le faire connaître? Ou est-ce que je me laisse séduire par cette mondanité spirituelle qui pousse à tout faire par amour de soi-même? Nous, consacrés, pensons aux intérêts personnels, à l’efficacité des œuvres, au carriérisme. Tant de choses auxquelles nous pouvons penser... Est-ce que je me suis pour ainsi dire « installé » dans ma vie chrétienne, dans ma vie sacerdotale, dans ma vie religieuse, dans ma vie de communauté aussi, ou bien est-ce que je conserve la force de l’inquiétude pour Dieu, pour sa Parole, qui me porte à « aller à l’extérieur », vers les autres?

Sr. Marie Gonzaga Johnson, Sœurs NDE, tél. 92044112 sœur_gonzaga@yahoo.fr

Au pied de la croix, Marie est la femme de la douleur et dans le même temps de l’attente vigilante d’un mystère plus grand que la douleur, sur le point de s’accomplir. Tout semble vraiment fini; toute espérance pourrait se dire éteinte. Elle aussi, à ce moment-là, en se souvenant des promesses de l’annonciation, aurait pu dire: elles ne sont pas avérées, j’ai été trompée. Mais elle ne l’a pas dit. Et pourtant, bienheureuse parce qu’elle a cru, elle voit bourgeonner de cette foi un avenir nouveau et attend avec espérance le demain de Dieu. Je pense parfois: savons-nous attendre le demain de Dieu? Ou voulons-nous l’aujourd’hui? Le demain de Dieu, pour elle, c’est l’aube du matin de la Pâque, de ce premier jour de la semaine. Cela nous fera du bien de penser, dans la contemplation, à l’accolade du fils avec la mère. La seule lampe allumée au sépulcre de Jésus est l’espérance de la mère qui, à ce moment-là, est l’espérance de toute l’humanité. Je me demande et je vous demande: dans les communautés, cette lampe est-elle encore allumée? Dans les communautés, attend-on le demain de Dieu?

12h45 – 13h30 : débat, partage, témoignages des participants avec les intervenants.

13h.30 : conclusions et prière finale

Dimanche 8 mars :

10H.30 : Messe de clôture en la Paroisse Cristo Risorto d’Hedzranawoe.

Commenter cet article