Témoignage du P. Dieter Skweres sur le feu Mgr Robert Casimir Dosseh-Anyron

Publié le par SVD TOG

Témoignage du P. Dieter Skweres sur le feu Mgr Robert Casimir Dosseh-Anyron

Aujourd'hui, 15 avril 2015, il y a juste un an, Mgr Robert Casimir Dosseh-Anyron, premier archevêque togolais de Lomé est décédé. L'Eglise au Togo et l'Etat togolais étaient en deuil et ont honoré cette grande personnalité intellectuelle et humaine par des grandioses funérailles nationales. Mais Mgr Dosseh était aussi un grand ami de la SVD. En voici quelques exemples qui le démontrent. Que ces lignes-ci soient une reconnaissance posthume!

A peine consacré évêque par la Cardinal Döpfner de Munich, Mgr Dosseh partit à Rome et à St. Augustin pour demander aux responsables SVD de fonder une Université catholique à Lomé. Malheureusement en ce temps, il manqua à la SVD le personnel compétent, surtout francophone, pour entreprendre l'œuvre d'une telle envergure. Les démarches de l'archevêque n'ont donc pas pu aboutir.

Mais à peu près dix ans plus tard, quand la SVD avait commencé son engagement missionnaire à Bassar, Kabou et Guérin-Kouka, il réussit à ce que Rome lui envoie un bibliste en la personne du P. Dieter Skweres, pour fonder et diriger le CEBILO (Centre Biblique de Lomé) qui existe toujours. Quand le 22 août 1977, pendant une concélébration à Noépe, il présenta le P. Skweres et son second, le P. van der Heijdt, aux fidèles, il avait la délicatesse d'entonner le même cantique marial que les gens avait chanté en accompagnant les missionnaires SVD qui ont dû monter dans le bateau qui les transporta en Angleterre, comme prisonniers de guerre en 1917. Les fidèles le savaient.

Pour cela, ce geste aussi délicat de Monseigneur faisait monter des larmes aux yeux de beaucoup de personnes.

Quand le Supérieur général SVD, P. Heinrich Barlage était venu pour rendre visite à ses missionnaires au Togo, Mgr Dosseh s'était rendu à l'aéroport pour l'accueillir. Mais hélas, l'avion était retardé et devait arriver le lendemain à 4 heures du matin. Cela n'empêcha pas Monseigneur de revenir à l'aéroport si tôt le lendemain. Il alla jusqu'à l'avion et en revint portant le bagage à main du Supérieur, heureux d'accueillir le Supérieur général SVD.

Cependant l'amitié de Mgr Dosseh pour la SVD n'est pas restée au niveau de gestes symboliques. Il a aussi efficacement aidé la SVD, par exemple, à la fondation de VERBUM BIBLE, la Maison d'éditions de Bibles et de littérature biblique, avec siège à Kinshasa, l’ancien Zaïre.

Le P. Dieter se souvient très bien comment cela s’était passée…

« En 1981, le P. Heinrich Heekeren, supérieur général à l’époque, m'a invité à venir à Rome pour une réunion du Conseil général. Les Pères Luis Schoffen, Christian Reusch et Gérard Lesch étaient également invités.

Il s'agissait de fonder Verbum Bible. Je me souviens d'avoir dit alors que selon moi, la SVD ne pouvait pas fonder une Maison d'édition pour tout le Continent, sans passer par au moins un évêque. Alors P. Général m'a passé téléphone pour donner un coup de fil à Mgr Dosseh pour lui demander s'il pouvait nous aider. Son accord fut tout de suite obtenu.

Or, l'année prochaine, donc en 1982, devait avoir lieu à Lomé la réunion ordinaire du SCEAM dont Mgr Dosseh était le Président en ce moment-là. Il a alors convié le P. Gérard Lesch (et je pense aussi le P. Luis Schoffen) à cette réunion pour présenter le projet de Verbum Bible. L'accueil de la part des évêques était favorable.

Alors le travail de Verbum Bible pouvait commencer avec la bénédiction de l'archevêque de Lomé et même des évêques du SCEAM. Pour l'Afrique de l'Ouest, le P. Schoffen travaillait à partir de Lomé où il avait toujours sa voiture pour les voyages au Togo, Bénin, Burkina Faso et en Côte d'Ivoire. »

« Quelques semaines avant sa mort, Mgr Dosseh était d'accord qu'à l'invitation du P. Marian Schwark, je l'amène dans la Maison SVD à Kpalimé. Or, à l'entrée de la maison, il y a une grande photo du Saint Fondateur de la SVD, Arnold Janssen qui a envoyé les premiers missionnaires SVD pour fonder l'Eglise catholique au Togo en en 1892 et qui a mis dans leur bagage la Piéta qui est maintenant l'icône dans le Sanctuaire marial diocésain à Kovié. Chaque fois que Monseigneur passait devant la photo du Fondateur, il souleva son pileolus (Soli Deo) pour vénérer le Saint. Ce geste aussi délicat du vieil évêque à l'égard de Saint Arnold était émouvant. »

Prions que Saint Arnold l'accueille les bras ouverts auprès de Dieu.

P. Dieter Skweres, SVD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article