VINGT-DEUXIÈME DIMANCHE ORDINAIRE - ANNÉE A

Publié le par SVD TOG

VINGT-DEUXIÈME  DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE - ANNÉE A

TEXTES: Jr 20, 7-9 /  Ps 62 (63), 2, 3-4, 5-6, 8-9 /Rm 12, 1-2 / Mt 16, 21-27

 

PRÉDICATEUR: P. Martin Kotchoffa, svd

 

THÈME: Choisissez le Christ

 

Bien-aimé(e)s dans le Seigneur nous sommes au vingt-deuxième dimanche du temps ordinaire année A. Et les textes liturgiques que l'Eglise notre sainte mère nous propose pour notre méditation nous exhorte à faire le choix radical du Christ, lui et lui seul.

L'Evangile nous décrit une scène intéressante. Qu'il nous vienne en mémoire que le dimanche dernier Jésus exaltait l'ouverture d'esprit de Pierre au Père qui lui a révélé qui il était. Cette vérité de foi devrait normalement conduire à la mission assignée  au "Christ et fils du Dieu vivant" (Mt 16, 16). La mission de racheter le monde par sa mort sur la croix et sa résurrection du séjour des morts. (Mt 16, 21)

Pierre ne veut plus épouser la vision de la souffrance du Messie. Comment est-ce possible que celui en qui il voit le "Christ et Fils du Dieu vivant" puisse souffrir et être mis à mort. Non, cela est inconcevable pour lui.

Bien-aimé(e)s, nous sommes aussi comme "Pierre", on proclame la Seigneurie du Christ quand cela nous favorise, quand tout marche bien pour nous, quand on obtient tout ce qu'on veut. Au fait, on est chrétien(ne) quand tout est rose dans notre vie. Ce qui fait d'ailleurs qu'on conçoit mal que le malheur puisse s'abattre sur nous.

Ainsi bien-aimé(e)s, beaucoup parmi nous rejettent l'idée de la souffrance ( la croix ). Pour eux le vrai christianisme est dénudé de toute souffrance. Oui, pour eux, le christianisme doit être sans la croix, sans les difficultés, sans aucune persécution.

Une telle attitude explique pourquoi beaucoup se ruent vers les évangiles de prospérité qui sont prêchés dans les sectes qui poussent comme des champignons. Oui, on ne veut entendre que des paroles qui nous promettent la joie, le bonheur, la prospérité, etc... Sans aucune souffrance.

Bien-aimé(e)s, une telle attitude n'est pas chrétienne. Et c'est pourquoi Jésus peut vite dire à Pierre: " Passe derrière moi, Satan  ! Tu es pour moi une occasion de chute  : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes"( Mt 16, 23)

Jésus veut ramener Pierre à la raison. Car le véritable bonheur avec Lui ne saurait se réaliser sans la croix. La croix devient un passage nécessaire afin d'accéder à la gloire. Avec le Christ, la croix ne marque pas la fin de toute chose mais le début d'une vie nouvelle. La croix de nos vies de chaque jour ne sauraient avoir le dernier mot puisque le Christ n'y est pas resté mais a brisé le dernier bastillon de la croix: "la mort".

C'est là notre joie, c'est là notre foi et espérance.

Ainsi donc, l'expérience de Pierre nous apprend qu'il ne suffit pas de dire Seigneur Seigneur pour être sauvé mais on doit faire la volonté de Dieu c'est à dire accepter avec joie ses chemins même s'ils semblent contraires à nos aspirations humaines.

Il est donc clair que la vie chrétienne est un combat de chaque jour. On est chrétien tous les jours.

Pierre s'est vite laissé tromper par ses aspirations humaines ou disons qu'il s'est laissé entrainer par le malin alors qu'à peine quelques minutes la voix de Dieu s'était manifestée à lui. Ceci veut dire qu'on est régulièrement exposé aux voix contraires à la voix de Dieu. Ainsi donc en tant que chrétien(ne) on doit demander régulièrement l'assistance de l'Esprit Saint afin de ne point succomber aux voix du malin.

C'est probablement pourquoi Saint Paul, dans la deuxième lecture, dit avec insistance : "Je vous exhorte, frères, par la tendresse de Dieu, à lui présenter votre corps – votre personne tout entière –, en sacrifice vivant, saint, capable de plaire à Dieu  : c’est là, pour vous, la juste manière de lui rendre un culte." (Rm 12, 1)

Ainsi pour continuellement plaire à Dieu et accomplir sa volonté nous sommes appelés à lui offrir toute notre personne. C'est à dire  l'inviter à prendre place dans notre vie.

Mais le faisons-nous?

Généralement, nous menons une double vie. Nous prétendons tout lui offrir mais à vrai dire nous gardons un droit de veto sur beaucoup  d'aspects de notre vie: vie morale, vie sexuelle, vie matérielle, vie financière, vie professionnelle, etc... On empêche la lumière du Christ de pénétrer ces compartiments de notre vie. Si le Christ ne pénètre pas ces compartiments qui d'autre en a accès si ce n'est le malin. Et si le malin y règne en maitre comment pouvons-nous prétendre suivre le Christ totalement et sans réserve.

Bien-aimé(e)s as-tu choisi le Christ et lui seul? Demeures tu attaché au Christ sans réserve? Peux-tu dire comme Jérémie: " Seigneur, tu m’as séduit, et j’ai été séduit ; tu m’as saisi, et tu as réussi."(Jr 20, 7). À toi de répondre à ces  questions.

Mais quel que soit la réponse que tu veux donner, rappelle-toi que : "le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite." (Mt 16, 27)

Bien-aimé(e), si aujourd'hui tu entends la voix du Seigneur qui t'invite à le choisir lui et lui seul n'endurcis pas ton cœur. Amen

Commenter cet article