Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Communiqué de Presse de la Conférence des Evêques du Togo

Publié le par SVD TOG

SESSION ORDINAIRE

(Lomé, du 19 au 22 juin 2012)

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

La Conférence des Evêques du Togo (CET) a tenu sa deuxième Session ordinaire de l’année du mardi 19 au vendredi 22 juin 2012. Au programme de cette Session de juin, habituellement consacrée à l’évaluation de nos Séminaires interdiocésains Jean-Paul II de Lomé, Benoît XVI de Tchitchao et Saint Paul de Notsé, se sont ajoutés trois  sujets d’importance,  à savoir l’examen des graves incidents qui ont eu lieu à la Paroisse Saint Augustin d’Amoutivé les 12 et 13 juin 2012,  une audience accordée au collectif des syndicats de l’Enseignement confessionnel, et l’élection du nouveau Président et du Vice-Président de la CET. 

ELECTIONS

C’est au dernier jour des travaux, le jeudi 21 juin 2012, que les Evêques du Togo, conformément aux statuts qui régissent leur Conférence, ont procédé à l’élection du Président et du Vice-Président.  Cette élection est intervenue suite à l’expiration du mandat des élus de  2006 (un mandat de trois ans renouvelable une fois).

Ont été élus pour un mandat de trois ans :

-   Président : S.E. Mgr Benoît Comlan Messan ALOWONOU, Evêque de Kpalimé

-   Vice-Président : S. E. Mgr Denis Komivi AMUZU-DZAKPAH, Archevêque de Lomé

VIOLENCES SUR LA PAROISSE SAINT AUGUSTIN D’AMOUTIVE

En ce qui concerne les violences perpétrées sur la Paroisse Saint Augustin d’Amoutivé, deux séances de travail ont eu lieu le mardis 19 et le mercredi 20 juin 2012.  

Le mardi 19 juin, dès l’entame des travaux, les  Evêques ont reçu en audience le RP curé de ladite paroisse  et ont examiné avec attention et bienveillance les faits contenus dans son rapport écrit et dans le témoignage oral qu’il a porté.

Ils ont alors pris, séance tenante, toute la mesure de ces actes inacceptables et ont convenu de faire une Déclaration qui a été rendue publique dans la soirée : déclaration portant protestation et condamnation de ces actes sacrilèges et appel à une prise de conscience plus digne de leurs auteurs en matière de respect de la dignité des personnes et des lieux sacrés.

Le mercredi  20 juin, pour le même sujet, les Evêques ont reçu, sur la demande du gouvernement, deux de ses membres, à savoir Mr Pascal Akoussoulèlou BODJONA, Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, Porte-parole du Gouvernement,  et  le  Colonel Dokissima Gnama LATTA, Ministre de la Sécurité et de la Protection civile. Les deux Ministres, ont transmis aux Evêques les profonds regrets du Chef de l’Etat pour les violences commises sur les personnes et au sein d’un édifice religieux, reconnu comme lieu sacré. Ils ont rappelé la mission d’apaisement que l’Eglise Catholique accomplit dans notre pays et exprimé leur ferme condamnation de ces actes.

Nos Pères Evêques ont saisi l’occasion pour dire leur grande préoccupation par rapport aux comportements des forces de l’ordre qui ne sont pas de nature à favoriser l’apaisement ni l’esprit de réconciliation tant recherché. Ils ont réaffirmé en des termes clairs et fermes, leur mission en tant que Pasteurs et prophètes de la vérité et de la justice que rien ne peut faire reculer lorsque  la dignité de la personne humaine, image de Dieu,  est bafouée, et la justice méprisée.

SYNDICATS DE L’ENSEIGNEMENT CONFESSIONNEL

Le troisième sujet important abordé par les Evêques au cours des travaux  a consisté à écouter les doléances du Collectif des Syndicats de l’Enseignement Confessionnel du Togo. Ceux-ci ont fait part aux Evêques de l’historique de leur situation en matière de traitement des salaires, d’indemnité et de primes, soulignant leur frustration vis-à-vis de ce qu’ils appellent  « la violation de leurs droits au début, pendant et à la fin de leur carrière ».  

Les Evêques à leur tour les ont informé de toutes les luttes menées depuis des décennies et les démarches plus récentes ayant toutes pour objectif d’obtenir plus de justice vis-à-vis de l’Enseignement Confessionnel qui a fait ses preuves dans notre pays et qui réclame justice !

Ils leur ont fait prendre conscience que ce combat pour la justice est partagé, aussi bien par les Enseignants que par les responsables des Eglises Catholique et Protestante ; et que cette lutte devrait associer également les parents d’élèves, premiers bénéficiaires des bienfaits de l’éducation donnée dans les écoles confessionnelles.

ECHANGES AVEC LE NONCE APOSTOLIQUE

Comme à l’accoutumée, Mgr Michael August BLUME, Nonce Apostolique au Togo, a pris part à la séance inaugurale de cette Session Ordinaire de la CET.

Le Représentant du Saint-Père a entretenu longuement les Evêques sur la célébration de l’Année de la Foi. Il a souligné l’importance pour l’Eglise locale et universelle de célébrer les évènements de l’année en lien avec le thème de l’Année de la foi. Entre autres événements, il y a : le 50e anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II (1962), et le 20e anniversaire de la publication du Catéchisme de l’Eglise catholique (1992). Le Nonce Apostlique a vivement recommandé de faire constamment référence à ces documents fondamentaux de l’Eglise Catholique que sont les Actes du Concile et le Catéchisme, sans oublier la Lettre Apostolique de Benoît XVI, Porta Fidei.

Il a également conseillé la large rediffusion de ces documents au plan local si possible, tout en préservant la paternité des ouvrages qui revient, principalement, au Saint Siège.

Mgr August Michael BLUME, en tant qu’Ambassadeur du Saint Siège au Togo a, par ailleurs, pris part, avec les Evêques, aux échanges concernant les violences sur la Paroisse Saint Augustin d’Amoutivé.

LES SEMINAIRES

Le point commun qui a prévalu au cours des échanges au sujet des Séminaires est la recherche d’une meilleure qualité dans la formation, non seulement au plan intellectuel mais aussi au plan humain, moral et spirituel.

Séminaire interdiocésain Jean-Paul II de Lomé

Les Evêques ont reçu en audience le RP Godfroy KOUEGAN-ABBEY, Recteur de ce séminaire, pour la présentation du Rapport moral de l’année académique 2011-2012.

 En ce qui concerne les formateurs dans ce séminaire, les évêques ont pris à cœur les besoins réels de cette maison de formation de nos futurs prêtres. Ils ont réfléchi aux voies et moyens qu’il faut mettre en place, non seulement pour y répondre en nombre de formateurs, mais aussi pour améliorer qualitativement cette formation.

Quant aux séminaristes eux-mêmes, il a été question de renforcer l’accompagnement spirituel et moral, avant qu’ils n’affrontent les réalités pastorales de plus en plus exigeantes sur le terrain. Entres autres dispositions, la tenue vestimentaire, et la soutane en l’occurrence comme habit clérical distinctif, a fait l’objet d’attention de la part des Evêques qui ont demandé que les formes et couleurs contribuent à préserver la dignité du prêtre selon les usages de notre milieu.

Séminaire Philosophique Interdiocésain Benoît XVI de Tchitchao

Le RP Célestin Marie GAOUA, Recteur, a fait devant nos Pères Evêques, un bilan de la deuxième année académique depuis l’ouverture de cette maison du Séminaire de Philosophie de Tchitchao en octobre 2010.

 La question de la qualité de la formation et l’exigence de façonner chez les jeunes séminaristes une âme de travailleur appliqué, un esprit de service  du Christ et de son Eglise, ont été ici beaucoup plus ressenties. Les Evêques ont réaffirmé, en effet, l’importance pour le cycle de philosophie comme base de la formation intellectuelle et humaine des futurs prêtres, de renforcer l’équipe des formateurs afin que celle-ci jouisse d’une autorité intellectuelle, morale, et spirituelle à la hauteur de la tâche.

Ils ont également approuvé et recommandé que les séminaristes soient sensibilisés au travail manuel et à la discipline du séminaire afin qu’ils aiment et s’épanouissent dans la vie et la formation intégrale donnée au Séminaire durant toute leur formation et tirent partie de ses fruits pendant leur ministère.

Séminaire Propédeutique Interdiocésain Saint Paul de Notsé

Outre le souci partagé, là aussi, de travailler à une formation de qualité, les Evêques se sont surtout engagés, en réponse à une doléance formulée par le RP Gilbert ADJASSOU au nom des formateurs, à veiller davantage au discernement à la base, notamment en ce qui concerne la santé, à la vie et à l’engagement chrétien des candidats, ainsi que les résultats des stages de probation.

Soulignons que les Pères Economes des trois Séminaires ont été également reçus tour à tour. Les Evêques ont décidé et leur ont signifié qu’ils feront désormais leur bilan annuel pendant la dernière Session Ordinaire qui a lieu en octobre ou en novembre en fonction des contingences de temps.

AUTRES AUDIENCES

Trois autres audiences ont été accordées par nos Pères Evêques au cours des travaux de cette Session de juin 2012.

Les Evêques ont reçu, sur sa propre demande, Mgr Xavier RAMBAUD, prêtre chargé des prêtres étudiants étrangers dans l’Archidiocèse de Paris en France. Il s’est agi de mettre en place un système de concertation entre chaque Evêque et celui de Paris en ce qui concerne nos prêtres qui vont à Paris pour des études, de sorte qu’il y ait un contrat clair entre les parties et que les prêtres étudiants togolais en France y soient bien accueillis. Les Evêques ont salué cette démarche de Mgr RAMBAUB et ont exprimé leur reconnaissance à l’Archidiocèse de Paris ainsi qu’à d’autres diocèses de France pour l’accueil généreux qu’ils offrent à nos prêtres.

Les Evêques ont reçu également une délégation du Bureau de l’Union des Supérieurs Majeurs du Togo (USUMATO). Avec celle-ci les ils ont cherché à trouver   ensemble les modalités pour des rencontres périodiques entre ce bureau et la Commission épiscopale en charge de la Vie Consacrée. Les échanges ont concerné également une recherche concertée pour plus de collaboration entre les Œuvres des instituts religieux et les diocèses.

Enfin, deux membres de la Famille Mondiale de Radio Maria venus de Rome ont rencontré nos Pères Evêques pour solliciter de leur bienveillance une restructuration de Radio Maria Togo. Les Evêques ont accueilli favorablement leur demande et exprimé leur reconnaissance à Radio Maria Togo pour tout le bien qu’elle apporte comme contribution à la mission de l’évangélisation dans notre pays.

Fait à Lomé, le 25 juin 2012

Le Secrétaire Général

 

 

Partager cet article

Repost 0

DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVÊQUES DU TOGO (CET)

Publié le par SVD TOG

Objet : Protestation et condamnation

 

Au premier jour de ses travaux, ce mardi 19 juin, La Conférence des Evêques du Togo, réunie en sa 2e session ordinaire de l’année 2012, a examiné les graves incidents survenus le 13 juin  à la paroisse St Augustin d’Amutivé, dans l’archidiocèse de Lomé.

Des forces de l’ordre ont poursuivi jusque dans l’enceinte  de la paroisse des personnes qui y cherchaient refuge.

 Des gaz lacrymogènes ont été lancés non seulement dans l’enceinte de la paroisse où se trouve une école mais surtout dans l’église, maison de Dieu, lieu d’adoration et de grand respect.

 Des enfants togolais de cette école primaire de la paroisse ont été profondément traumatisés par ces violences indignes de ceux qui sont appelés à assurer la sécurité des fils et filles de notre pays.

Des personnes qui travaillent ordinairement sur la paroisse ont été interpellées par des gendarmes.

De paisibles fidèles venus pour l’adoration devant l’autel de Dieu et devant le Saint Sacrement qui est, pour nous catholiques, le sacrement de la présence réelle de Jésus-Christ, notre Seigneur et notre Dieu, ont également essuyé des rafales de gaz lacrymogènes 

Des dommages et dégâts matériels ont été causés dans l’église et ses alentours.

  Devant ces actes indignes et irrévérencieux vis-à-vis des personnes et des lieux sacrés la Conférence des Evêques du Togo tient à dire publiquement sa consternation et le choc profond qu’elle ressent en ce moment.

Les Evêques du Togo condamnent fermement ces actes sacrilèges posés brutalement par nos forces de sécurité.

   La Conférence des Evêques du Togo tient à dire sa profonde désapprobation, sa vive préoccupation devant de telles attitudes  qui en ajoutent aux souffrances de notre peuple, ce peuple que Dieu conduit et protège.

La Conférence des Evêques tient à rappeler que les églises sont des lieux sacrés qui doivent être respectés comme tels. Toute intrusion brutale en leur sein constitue un acte de violation inacceptable et une profanation.

La Conférence rappelle, par ailleurs, que depuis toujours, il est communément admis dans le monde entier que les églises sont considérées comme des lieux de refuge et d'asile, d’où il est inconvenant de déloger ceux qui fuient quelque danger et qui s’y refugient.

  Par conséquent, les Evêques du Togo demandent avec insistance que les instigateurs de cette violation soit rappelés à l’ordre et instruits avec exigence afin  qu’ils prennent conscience de la gravité des actes qu’ils ont posés dans la maison de prière, maison de Dieu.

Que les responsabilités soient établies et les victimes reconnues et rétablies dans leurs droits et leur dignité.  Ils demandent enfin au gouvernement, premier responsable de la sécurité publique de nos citoyens, de prendre des mesures idoines et concertées afin de protéger la vie des citoyens et leur intégrité physique.

 Certaines déclarations qui ne répondent pas à la réalité prétendent que les gaz lacrymogènes ont été lancés sur le boulevard et que le vent a orienté les fumées vers l’intérieur de l’église. La Conférence des Evêques du Togo fait remarquer aux porteurs de ces fausses allégations que des vitraux de l’église Saint Augustin ont été brisés non pas par les fumées ni par le vent mais par des tirs des mains sacrilèges qui ont profané la Maison du Seigneur.

Vu la gravité des faits ici rappelés et condamnés, l’Evêque du lieu prendra les dispositions qui s’imposent, conformément aux lois propres à l’Eglise.

Fait à Lomé, le 19 juin 2012

 

La Conférence des Evêques du Togo (CET)

Partager cet article

Repost 0