Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans

Publié le par SVD TOG

Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans

Pâques 2006 – Pâques 2016 ; ça fait exactement 10 ans que l’association « Amis de la SVD » poursuit son chemin aux côtés des missionnaires du Verbe Divin dans la Province Togo/Bénin. C’est notre toute première association des fidèles laïcs qui essaient de vivre au quotidien la spiritualité de Saint Arnold Janssen et de nous soutenir à la mesure de leurs possibilités. Elle a été fondée en la paroisse Marie Théotokos d’Agoényivé à Lomé.

Ce jubilé d’étain a éte marqué tout d’abord par un triduum de prière de jeudi le 07 au samedi le 09 avril 2016 dans les trois différentes stations de la dite paroisse, à savoir à Agoènyivé, à Togblekopé et à Zongo. Et puis, l’apotéose du jubilé était la messe sollenelle qui a été célébrée sur la paroisse mère, dimanche, le 10 avril 2016 à 08h30. Elle a été présidée par le Père Marek Pogorzelski SVD, le Secrétaire de Mission et l’aumônier de l’association. L’homélie de circonstance a été prononcée par le Père Aristide Vignidah SVD, le fondateur des « Amis de la SVD ». La messe a été concélébrée par le Père François-Xavier Djagli SVD, le curé de la paroisse et par les Pères Wladyslaw Dybas SVD et Adam Brodzik SVD, tous les deux de la Maison Provinciale de Kégué.

Après la messe tous les membres de l’association et les invités se sont retrouvés dans la grande salle de la paroisse pour un repas festif. L’ambiance était très joyeuse et fraternelle.

Féliciatations à nos « Amis » et que Dieu vous bénisse !

P. Marek Pogorzelski, SVD

Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans
Amis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ansAmis de la SVD fêtent leur jubilé de 10 ans

Partager cet article

Repost 0

Méditation sur l’Evangile - 6e Dimanche de Pâques (Année C)

Publié le par SVD TOG

Méditation sur l’Evangile - 6e Dimanche de Pâques (Année C)

6e Dimanche de Pâques

Jn 14,23-29

Tous parlent de paix, mais Jésus seul peut le faire venir. Comment ? Par l’offre de la réconciliation, de la tolérance et le respect du droit de vie des autres. Ces vertus peuvent être pratiquées uniquement, si nous avons l’Esprit de Jésus, le Saint-Esprit que Jésus nous envoie du Père. « Force d’en haut » (cf Ac 1,3) qui nous rend capables de nous réconcilier, de tolérer la différence des autres et d’accorder la vie à tout le monde, aussi aux malades, aux handicapés, aux vieillards et aussi aux embryons. Leur dignité humaine le réclame. Cette paix est celle du Christ. « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne » (v.27).

Partager cet article

Repost 0

Méditation sur l’Evangile - 5e Dimanche de Pâques (Année C)

Publié le par SVD TOG

Méditation sur l’Evangile - 5e Dimanche de Pâques (Année C)

5e Dimanche de Pâques

Jn 13,31-33a.34-35

« Quand Judas fut sorti » (v.31). Il fut sorti pour trahir Jésus. Jésus le savait. Pour cela, il dit : « Ce que tu fais, fais le vite » (v.27). Jésus prédit aussi le reniement de Pierre : « Le coq ne chantera pas que tu ne m’aies renié trois fois » (v.38) C’est triste, c’est sombre, « c’était dans la nuit », dit notre texte. Pourtant, Jésus dit : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui » (v.31). Quel paradoxe : une glorification dans la trahison et le reniement et ce qui lui suivra. Non, que ces actes soient la glorification, mais le fait que le Père ne cesse d’aimer son Fils et que le Fils subisse tout cela par amour pour le Père. C’est le paradoxe de la croix. Le Père ne glorifie pas son fils en lui épargnant la mort amère, mais en lui donnant la gloire de la résurrection, la vie dans une autre dimension de l’existence de l’homme, celle auprès du Père. Parce que nous croyons que le crucifiement est déjà l’exaltation du Fils, nous pouvons dire avec l’apôtre Paul : « J’estime en effet que les souffrances du temps présent ne sont pas à comparer à la gloire qui doit se révéler en nous » (Rm 8,18s)

Partager cet article

Repost 0

Méditation sur l’Evangile - 4e Dimanche de Pâques (Année C)

Publié le par SVD TOG

Méditation sur l’Evangile - 4e Dimanche de Pâques (Année C)

4e Dimanche de Pâques

Jn 10,27-30

« … Personne ne les arrachera de ma main… personne ne peut les arracher de la main du Père. Le Père et moi, nous sommes Un » (Jn 10,23.29-30).

Les disciples de Jésus sont donc dans la main de Jésus et dans la main du Père. Or, le Père et Jésus sont un, c’est-à-dire un et seul Dieu et pourtant Père et Fils. Quel disciple est dans la main de Dieu ? Celui qui écoute la voix de Jésus, le bon pasteur, et qui le suit.

Dans quelle main sommes-nous ? Autrement dit, quelle voix écoutons et suivons-nous ? Peut-être celle des Mass-Médias ? Si nous écoutons la voix de Jésus et nous nous abandonnons à lui, ne passons-nous alors pas d’une dépendance dans une autre ? Or, nous voulons être libres et ne dépendre de personne. Etre dépendant de Dieu, c’est-à-dire, être dans sa main, confère au contraire une liberté inouïe. Car dans la main de Dieu, nous sommes abrités, protégés et sécurisés. C’est ce qui nous libère de toute peur et de tout égoïsme, nous nous libérons ainsi pour aimer, c’est-à-dire pour faire du bien aux autres.

Partager cet article

Repost 0

Méditation sur l’Evangile - 3e Dimanche de Pâques (Année C)

Publié le par SVD TOG

Méditation sur l’Evangile - 3e Dimanche de Pâques (Année C)

3e Dimanche de Pâques

Jn 21,1-19

Qu’en est-il des 153 poissons qui sont entrés dans le filet de Pierre symbole de l’Eglise selon notre Evangile ? On dit que les gens de ce temps pensaient qu’il y avait en tout 153 sortes de poissons dans le lac de Galilée. Alors Pierre a capturé tous les poissons possibles. Cela veut dire que tous les hommes, les Chinois et les Indiens de l’Amazonie, les Eskimos et les Zulus de l’Afrique du Sud, tous doivent être gagnés pour l’Eglise et ainsi former une Eglise Universelle. Or, en tant qu’universelle, l’Eglise a besoin d’un pasteur universel qui le successeur de Pierre, le Pape de Rome. Le Ministère de Pierre dans l’Eglise n’est pas une usurpation de l’Eglise catholique romaine, mais une conséquence de ce qui est écrit dans l’Evangile d’aujourd’hui. Une critique constructive de la papauté doit être possible, mais elle doit aller de pair avec le respect devant ce ministère universel et avec une franche collaboration avec le Pape au moins par la prière.

Partager cet article

Repost 0

Méditation sur l’Evangile - 2e Dimanche de Pâques (Année C)

Publié le par SVD TOG

Méditation sur l’Evangile - 2e Dimanche de Pâques (Année C)

2e Dimanche de Pâques

Dimanche de la Divine Miséricorde

Jn 20,19-31

Jamais dans l’histoire de l’humanité, les hommes ont pu accomplir leurs désirs plus qu’aujourd’hui. Si on trouve un Supermarché, on peut tout y avoir, dans le domaine de l’alimentation, la plus exotique, à des loisirs très excentriques. Mais jamais plus qu’aujourd’hui, les déceptions sont grandes et les hommes, surtout les jeunes, aspirent à un bonheur durable. Les derniers versets de l’Evangile veulent y donner une réponse. Tout l’Evangile aurait été mis par écrit, « pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom » (v.30).

Sans foi, pas de vie. En effet, on ne peut pas prouver que Jésus est le Christ que les Juifs attendaient et attendent toujours avec ferveur et, à plus forte raison, on ne peut pas prouver qu’il est le Fils de Dieu. Il faut y croire. La foi est une expérience qu’on peut faire. Il faut oser croire que Jésus est ressuscité et vivant. Il faut aussi appeler le Seigneur ressuscité dans la prière, alors nous faisons l’expérience de sa présence dans notre cœur et possédons la vie en son nom. « Celui qui a le Fils, possède la vie » (1 Jn 5,12). Cette vie dans nos cœurs est une relation d’amour. Cet amour dans nos cœurs extériorise alors dans l’amour effectif pour le prochain. Le commandement de l’amour est double. Car comment peut-on dire d’aimer Dieu qu’on ne voit pas, si on n’aime pas le frère qu’on voit ? ( cf 1 Jn 4,20)

Partager cet article

Repost 0