Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

RIP. Frère James Maurice Djadoo, SVD

Publié le par SVD TOG

RIP. Frère James Maurice Djadoo, SVD

Le Frère James Maurice Djadoo, notre premier Frère SVD togolais, travaillant au Ghana, est décédé le 29 juin 2016, la sollenité de Saints Pierre et Paul.

Prions pour le repos de son âme, que le Seigneur lui accorde la joie et paix dans la vie eternelle auprès de Lui!

Ci-dessous nous reprenons en anglais sa biographie publiée sur le site de la Province du Ghana:

www.svdghana.org

FUNERAL ARRANGEMENTS
Wed. 6th July at the Christ the King Parish, Accra:
6.45pm Office of the dead.
7.00pm Vigil Mass the body would be transferred to McCarthy Hill.
Thur. 7th July at the Holy Spirit Cathedral, Accra. Mass is at 9.00am.
The body would then be transferred to Nsawam for burial.

RIP. Frère James Maurice Djadoo, SVD

Br. James,
REST IN
PEACE

Rev. Bro. James Maurice Djadoo, SVD
​[1930-
2016]

Born on the 10th June, 1930 at Amoutivé, Lomé, Togo, he attended St. Augustine Mission School., at the same place and on the 20th October 1945 he was baptised and made his first communion at St. Augustine Church, Amoutivé, Lomé, the following day. He was confirmed the following year.

Religious vocation
He joined the religious life by choosing the Divine Word Missionaries, (SVD) who were sent by our beloved founder, St. Arnold Janssen, to Togo in August 28, 1892 soon after the congregation was founded in Steyl.
They had to leave during the 2nd world war in 1918 and returned in 1938 to the then Gold Coast, now Ghana.

Since there was no formation program at the time in Ghana, Br. James made a dramatic appeal to Fr. Aloysius Kappenberg, the Superior General, SVD (then on a visit in Accra) to admit him. He later accepted him on his return to Rome and let Fr. Edward Datig, the SVD Regional Superior at the time to prepare him to go abroad for the formation program. So from 1951-1953 he studied English as St. Thomas Aquinas Secondary School in Accra and was sent to St. Michael Mission House, Conesus, N. Y. America for his SVD Religious Formation in August 17th, 1955. At the end of two years novitiate, Maurice as he was then called took his first religious Vows as a Divine word Missionary with a religious name, Bro. James in August 15th 1958, on the feast of Assumption at St. Michael Mission House Conesus, New York, U.S.A.

Appointment To Ghana
Bro. James received his mission cross at Gerald, Pennsylvania, U.S.A, in September, 1959 and was sent to Ghana, to be a light for all the young men and women to respond to their call to Religious Life. Sent to Ghana as the first African SVD Brother.

Bro. James happily returned to Ghana as a shining model to his people. The SVDs in the region rejoiced for their achievements which was started by Bishop Adolf A. Noser, SVD, Frs. P. Wildenburg, Eward Datig, George Wilson, Cletus Hoddap, Alphonse Elsbernd, Charles Schneider, Joseph Lauck, Albert Kretschmer. My catechumens and Perpetual Help Members from all walks of lives rejoiced. Sacred Heart Parish, Derby Avenue rejoiced greatly-1959 to 1963.
In August 15th, 1964. Bro. James professed the Perpetual Vows in the SVD in Norway. From 1963-1970, Bro. James was transferred to the North, Tamale in Yendi District as the Principal of the Catechist Institute, Sunson for 5 years and 2 years also in Yendi as the Local Manager of the Catholic Schools. From 1970-1979, Bro. James was appointed as a Managing Director in charge of the SVD Conference Centre, Adoagyiri, Nsawam.
In 1973, Bro. James went for the Nemi course in Rome, Italy a renewal program for SVDs.
In 1975, Bro. hosted the members of the committee responsible for the 1975 Holy Pilgrimage to Rome. His lively caring for the guests made them so happy that they gave him a free return air to ticket with accommodation to Rome to be with them for the Pilgrimage.
Bro. James was appointed to be in Charge of the SVD Guest House, Accra from 1979-1985. January 2nd – August 1986, Bro. James was sent to Freinademetz Formation House Tamale to stand in for Fr. Vincent Owusu, SVD who was very ill and to act as the Bursar.
In December 19th, 1986, Bro. James left for U.S.A for sabbatical leave from 1986-1988, at Techny, Chicago-St. Louis, and Mo. He left America for Ghana via Steyl to visit our Blessed Founder, Arnold Janssen’s grave and St. Augustine’s in Germany.
In January 15th 1988, Bro. James returned to Ghana hopping to be assigned to Lome, Togo to work among his people, but he was disappointed by his Superior and was rather assigned to the Ghana Catholic Bishops’ Conference to work in the Finance office of the Department of Health of the National Catholic Secretariat as a Finance Officer form March 1st 1988 to March 8 th 2000.
For the 12 years that he was working there there was no report of any misappropriation of funds or any messing up of entries. He said ‘I worked with a golden heart’. He resided at Christ the King parish for ten years where he also helped in the pastoral Ministry of the parish. All these were rewarding for him caring for the people.

Transfer from the Christ the King Residence to SVD Residence, McCarthy Hill
18th June, 1999, Bro. James considered this transfer as the most loving welcome as he will now care for the aged confreres. He gladly accepted it from his Provincial Superior, Fr. Vincent Owusu, SVD with a promise to take a course in Gerontology after studying the problem at the residence at McCarthy Hill.
Form July 24th to October 24th, 2001, Bro. James was sent to Techny, Illinois to the Catholic University of America, Washington, DC. In Techny, Bro. James Djadoo, SVD, successfully completed Cultural Orientation Workshop (COW) from August 4th -10th, 2001.
From August 10th to October 19th ,2001 at catholic University, Washington, DC , Bro. James Participated in a program organized by the University where he demonstrated his working knowledge of older persons and aging issues based on his own reading and experience of working with older priests in Ghana. The University felt fortunate to have Bro. James studied with them. Throughout the study, Bro. James had been conscientious,
energetic, enthusiastic, curious and wonderful as commended by his Professor Grace Clark, Ph.D., L.C.S.W.
In October 24th, 2001, Bro. James returned from U.S.A, well refreshed and knowledgeable with his work and motto: “Lord make me your instrument to be of service to all peoples.’’

Br. James writes “With joy let us sing together to the Lord-Now we have opened the doors into SVD and they remained opened for all the Africans from the North to the South and from the East to the West. My singular joy and fulfilment in my vocation is the caring for our aged and even more to be in charge of the Cuisine – so everybody can come and taste how sweet and good the Lord is to everybody.

Now the good lord has blessed us with many SVD Bishops, Provincials and many priests and Brothers and even with many Missionary Sister of the Holy Spirit African. Our Blessed founder Arnold Janssen is indeed a great saint in Heaven and is there interceding for us all. I thank our then Provincial Superior Vincent Kwame Owusu, SVD Who appointed me for the Caring Ministry for the Aged in order to prepare them to meet God happily and peacefully.


Thanks to all of you who supported me morally and spiritually with prayers.
Mrs. Lucy I Abugun Headmistress of St. Charles Primary School Bolgatanga Commend Br James:
 
He was appointed the praeses of the McCarthy Hill Residence until his retirement. He remained in the community as retired until he celebrated his 86th birthday on the 10th of June, and enjoyed all that he was banned from eating especially ice cream due to poor health.
In the early hours of the feast of Sts. Peter and Paul, 29th June 2016, Bro. James Maurice Menssam Anani Djadoo humbly responded to the call of his maker to return.
His perseverance against the odds at the time to be trained as a religious brother of the SVD paved the way for Africans to be recruited by the SVD. His legacy with the Perpetual Help lay society In the church in Ghana lives on.

Br. James Olalaa as we affectionately call you, rest in perfect peace!

RIP. Frère James Maurice Djadoo, SVD

Br. James enjoying his ice cream on his 86th birthday on the 10th June at McCarthy Hill

Partager cet article

Repost 0

† P. Dieter Eduard Skweres, SVD

Publié le par SVD TOG

† P. Dieter Eduard Skweres, SVD

† P. Dieter Eduard Skweres, SVD

27.02.1938 - 26.06.2016

Né le 27.02.1938 à Essen (Allemagne). BAC chez les Jésuites en 1959 à Mannheim (Allemagne). En 1959, entrée au noviciat SVD à St. Gabriel près de Vienne (Autriche). Le 08.09.1961, premiers vœux religieux. 1962-1966, études et Licence de théologie à l’Université Grégorienne à Rome. Ordination sacerdotale, le 20.02.1966 à Rome. De 1966 à 1968 études et Licence en sciences bibliques à l’Institut Biblique Pontifical à Rome (Biblicum). Professeur de sciences bibliques au Grand Séminaire SVD à Techny (Etats-Unis). De 1970 à 1972, expérience missionnaire au Congo (RDC). Fondation et direction du Centre pour l’Apostolat Biblique à Bandundu (RDC). De 1972 à 1977, études à Frankfurt en Allemagne terminées par le doctorat en théologie biblique. En 1977, début de l’engagement missionnaire au Togo avec la fondation du Centre Biblique de Lomé (CEBILO).

Membre de l’équipe des fondateurs du Grand Séminaire Jean-Paul II à Lomé et professeur de sciences bibliques. De 1978 à 1984, membre du comité exécutif de la Fédération Biblique Catholique. Très actif dans la fondation de la Maison d’Edition à Kinshasa (RDC), Verbum Bible.

1988, fondation et direction de l’Institut de Pédagogie Religieuse St. Paul de Lomé.

Supérieur Majeur de la Société du Verbe Divin (SVD) au Togo et au Bénin de 1990 à 1999, puis économe de 1999 à 2005. En même temps, transformation des bâtiments de l’ancienne Ecole Professionnelle en Centre Christ Rédempteur de Lomé. Fondation de bureau d’éditions à Lomé : EDIVERBUM-SVD. Construction du Séminaire Notre Dame des Douleurs et « d’Arnoldus Kope », le Centre diocésain de spiritualité à Kovié aux pieds du Sanctuaire de Notre Dame des Douleurs.

 

Qu’il partage les joies de la Vierge auprès de son Fils ressuscité !

† P. Dieter Eduard Skweres, SVD

Devant ta face, Seigneur,

débordement de joie !

A ta droite,

éternité de délices !

(Ps 15,11)

Prions :

Seigneur, tu es la vie

de tes fidèles,

Tu es la gloire des justes

et ton propre Fils nous a rachetés

par sa mort et sa résurrection.

Regarde avec bonté

ton serviteur Dieter ;

Puisqu’il a cru à la résurrection

dans le Christ

accorde lui de goûter le bonheur

qui ne finit pas !

Partager cet article

Repost 0

Témoignage du P. Hugo Teves sur la vie du P. Dieter Skweres

Publié le par SVD TOG

Témoignage du P. Hugo Teves sur la vie du P. Dieter Skweres

P. Dieter E. Skweres

* 27/2/38 + 26/6/2016

Années de préparation

Né le 20/2/38 à Essen en Allemagne, Dieter Skweres est entré au noviciat à Saint-Gabriel en Autriche le 4/9/59. Après avoir émis les premiers vœux le 8/9/61, il termina la philosophie en 1962 et fut choisi pour continuer ses études de théologie à Rome. Il fut ordonné prêtre à Nemi le 20/2/66. De 1966 à 1968 il faisait la Licence au Biblicum et fut envoyé à Techny pour enseigner l'Ancien Testament. Affecté au Congo il se rendit à Lyon pour améliorer son français.

Congo

Le P. Dieter Skweres arriva au Congo le 21/1/70. Il n'y a pas travaillé longtemps, mais il a fortement influencé la pastorale et l'orientation de notre Province, dans la direction de l'apostolat biblique.

Quant à ses premières initiatives, il répondit en 2015 à une lettre du P. Xene Sanchez:

"1. Oui, tu as raison, c'est moi qui ai fondé le CAB en 1970 à Bandundu. Mes premiers collaborateurs étaient Gaspard Mudiso et Willy Triebel (à trois, nous vivions à Ito). Werner Bach s'est ajouté plus tard, lors de son retour des études à Paris. Quand j'ai dû partir pour les études du doctorat à Frankfurt, il a pris la relève au CAB. Pendant son congé, il m'a joint en Allemagne et nous avons rédigé plusieurs cahiers de Ta Parole Ma Lumière (AT)."

Cette Revue biblique fut publiée d'abord en français et ensuite aussi dans les 4 grandes langues du Congo. En juillet 1971 le P. Skweres participa à Rocca di Papa au premier séminaire de la Fédération Biblique Catholique qui venait d'être fondée en 1969.

Etudes en Allemagne

De 1972 à 1977 il continua ses études à Frankfurt en Allemagne et termina en avril 1977 avec le doctorat en théologie biblique. Pendant ses études il restait en contact avec l'Afrique. En 1973 il organisa avec le P. Bach une tournée en Afrique de l'Ouest pour faire connaître la publication Ta Parole Ma Lumière. Après 1975 il fit une tournée avec le Père Blanc Adrien Smith qui était en train d'organiser l'apostolat biblique sur le continent africain.

Togo/CeBiLo

Après sa promotion il fut muté pour le Togo, où il fonda le Centre Biblique de Lomé (CeBiLo). Il visait tout le Togo et tous les pays francophones de l'Afrique. Ainsi son périodique biblique "Ecoutez & Annoncez“ arrivait aussi régulièrement au Congo. Ses publications partirent dans 17 pays.

Rayonnement international

Sur ses engagements au niveau international, le P. Skweres écrivit ceci:

"En 1977, quand j'ai commencé mon engagement à Lomé, j'ai reçu la tâche de diriger le 'Service Afrique' de la Fédération biblique pour les pays francophones de l'Afrique et des îles de l'Océan Indien. J'ai alors réussi à ce que presque chaque Conférence épiscopale nomme un prêtre comme responsable de l'apostolat biblique dans leur pays. En même temps, donc en 1977, P. Amewowo reçut la même tâche pour les pays anglophones d'Afrique. Il prit la succession du P. Adrian Smith PB.

Il avait aussi son siège à Lomé. Cela n'était pas encore CEBAM.

Le Service anglophone s'est achevé par un séminaire de pastorale biblique à Lusaka, encore sous la direction du P. Adrian, pour des représentants des pays anglophones. Je faisais partie de l'équipe des animateurs de ce séminaire. Moi-même, j'ai dû organiser un séminaire de pastorale biblique pour des représentants des pays francophones d'Afrique. Je ne l'ai pas fait au niveau continental, mais régional en trois sessions.

J'ai publié les résultats de ces trois séminaires dans un livret intitulé "La Bible au service du peuple de Dieu".

Pendant ces séminaires, il fut décidé de fonder CEBAM à Nairobi sous la direction du P. Amewowo. Il y fut aussi décidé de demander à la Société biblique qui était représentée par le pasteur Fontus, de publier une édition de la TOB à un prix plus abordable. La pétition fut signée par le Cardinal Zoungrana de Ougadougou. Le résultat est l'édition actuelle qui est sur le marché. VB et son édition de la Bible n'existait pas encore.

Dans le ‚Service Afrique‘ le P. Skweres s'est partagé pendant une année le travail avec le P. Wynnand Amewowo. 11 cahiers furent publiés avec le thème „Bible et l'Afrique“ on organisait des séminaires à Lomé, Bangui et sur l'Ile Maurice. Il donnait l'exégèse, introduction dans les Ecritures Saintes et l'Hébreux au Grand Séminaire de Lomé.

De 1978 à 1984 le P. Skweres était membre du comité exécutif de la Fédération Biblique Catholique.

Verbum Bible

Le père prit aussi une part active dans la création de 'Verbum Bible'. A ce sujet il précise dans sa lettre:

" Je n'étais pas présent à la réunion de Bernbach. Mais peu après, [en octobre 1981] le P. Heekeren m'a invité à venir à Rome pour une réunion du Conseil général. P. Schoffen, P. Reusch et P. Lesch étaient également invités.

Il s'agissait de fonder VB. Je me souviens d'avoir dit alors que selon moi, la SVD ne pouvait pas fonder une Maison d'édition pour tout le Continent, sans passer par au moins un évêque. Alors le P. Général m'a passé le téléphone pour donner un coup de fil à Mgr Dosseh [archevêque de Lomé] pour lui demander s'il pouvait nous aider. Son accord fut tout de suite obtenu.

Or, l'année prochaine, donc en 1982, devait avoir lieu à Lomé la réunion ordinaire du SCEAM dont Mgr Dosseh était le Président en ce moment-là. Il a alors convié Gerd Lesch (et je pense aussi Schoffen) à cette réunion pour présenter le projet VB. L'accueil de la part des évêques était favorable.

Alors le travail de VB pouvait commencer avec la bénédiction de l'archevêque de Lomé et même des évêques du SCEAM. Pour l'Afrique de l'Ouest, Schoffen travaillait à partir de Lomé où il avait toujours sa voiture pour les voyages au Togo, Bénin, Burkina et Côte d'Ivoire.

Luis Schoffen, Gerd Lesch et Christian Reusch (pour la Fédération mondiale et pour MISSIO et Editorial Verbo Divino) et P. Heekeren se sont beaucoup engagés pour la réussite de VB. Cet engagement et la bénédiction des évêques du SCEAM ne me laissent pas douter que Dieu veut cette œuvre et que nous avons la lourde responsabilité de ne pas la laisser périr."

Notons toutefois que déjà en juin 1981 la SVD avait soumis son projet de Verbum Bible à la Conférence Episcopale du Zaïre/Congo. Celle-ci "encourage et bénit ce projet qui doit contribuer efficacement à l'évangélisation en profondeur."

D'autres initiatives/responsabilité au Togo

En 1985, au-delà de toutes ses responsabilités, le P. Skweres accepta la lourde tâche d'essayer un nouveau début de la congrégation autochtone des 'Petits Frères de l'Evangile'. Cette congrégation avait commencé depuis 10 ans. Leur règle s'intitule „Educateurs de la Foi“ et est reconnue par Rome. Les objectifs de la congrégation sont: cours de religion, travail en équipe, retraites, conférences, media, engagement social et promotion humaine. Les frères pratiquent aussi l'agriculture et l'élevage. L'évêque [Dosseh] donna son accord et discuta les modalités avec son clergé. En 1988 l'Institut St Paul ouvrit ses portes. Les cours se donnent en soirées. 20 professeurs aident le P. Skweres pour les donner.

Cette congrégation avait commencé dans un vieux bâtiment appelé 'Brother Home'

Régional

De 1990 à 1993 le P. Skweres était supérieur de district et de 1993 à 1999 le premier Régional de la jeune Région Togo/Bénin, ensuite Econome Régional. Depuis 1995 il faisait des démarches afin que les Sœurs SSpSAP s'installent à Lomé. Ainsi sur l'initiative du P. Skweres elles ont fondé leur unique couvent sur le sol Africain à Lomé. On attend toujours les vocations africaines.

Ecole de la Foi

Début août 1996 l'archevêque Kpodzro rappela au Cardinal Meisner de Cologne (Allemagne) les multiples liaisons qui avaient existé entre l'Allemagne et le Togo, spécialement entre l'Eglise de l'Allemagne et l'Eglise du Togo. Quand le Cardinal Meisner a vu tous les bâtiments vides du 'Brother Home', il proposa de les réfectionner et d'en faire une école de la Foi. Le P. Skweres surveillait les travaux de construction et devint le premier directeur du Centre. Il l'était jusqu'à sa mort.

Un autre grand projet du P. Skweres était la construction d'un Grand Séminaire au nord du Togo et d'un Centre de spiritualité „Arnoldus-Kope“ à Lomé.

Problèmes de santé

En juillet 2011 le Père s'était cassé une jambe. Son transport de Lomé à Troisdorf était une petite aventure. Après une hospitalisation à Troisdorf, à Bonn et à St Wendel et après avoir subi plusieurs opérations, il a pu rentrer au Togo. Mais en juin 2014 il était de nouveau affaibli et devait revenir à St Wendel pour se reposer et pour le contrôle.

Le religieux

A la question, quelle sorte de recréation un religieux pratique le soir ou pendant le congé, le P. Skweres répondit: "Les jours libres j'aime visiter une famille amie togolaise. Avec mes 76 ans je suis pour les enfants comme un grand-père….."

Ce qui est important dans sa vie, c'est la prière et la vie spirituelle. Il aime se baser sur les deux premières décennies de la SVD au Togo (1892 - 1918). Dans ses sermons et dans ses écrits il présente notre Fondateur aux Togolais comme le "Saint qui prie pour le Togo".

En jetant un regard rétrospectif sur sa vie missionnaire le P. Skweres disait:

« Au début je croyais que je devrais m'adonner uniquement à la science biblique. Ensuite je me suis converti vers la pastorale biblique. L'impact de la Bible sur la vie quotidienne des gens devenait plus important pour moi. En progressant en âge je me suis penché sur la spiritualité trinitaire de Saint Arnold Janssen et je suis étonné combien elle est actuelle, quand je cherche ses racines bibliques. »

Le P. Skweres est mort à Lomé 4 mois après avoir célébré son jubilé d'or de sacerdoce en présence de plusieurs évêques et d'autres autorités qui ont ainsi reconnu le grand travail que le père avait accompli dans l'Eglise, spécialement au Togo.

Il était un vrai "Socius du Verbe Divin". Le Verbe Divin a accompagné le père durant toute sa vie; la Parole de Dieu a donné l'orientation à sa vie et le père a travaillé, afin que d'autres aussi connaissent et suivent cette Parole de vie.

Que le P. Skweres rencontre maintenant le Verbe Divin en personne dans sa gloire céleste.

P. Hugo Tewes SVD

Partager cet article

Repost 0

Méditation sur l’Evangile – 14e Dimanche Ordinaire

Publié le par SVD TOG

Méditation sur l’Evangile – 14e Dimanche Ordinaire

14e Dimanche Ordinaire (Année C)

Lc 10, 1-12,17-20

Nous ne pouvons pas établir le Royaume de Dieu sur la terre. Nous ne pouvons que prier : « Que ton règne vienne ». C’est Dieu qui le réalisera, mais il en a déjà commencé. Cependant, ayant doté les hommes de liberté, Dieu veut les faire participer à cette œuvre de faire venir le Royaume de Dieu. L’Evangile nous dit qu’il est temps que nous nous engagions à cette œuvre. Pour cela, Jésus envoie les Douze et puis, les soixante-douze et leurs successeurs, nous aujourd’hui. « La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux… Allez ! Voyez que je vous envoie comme des agneaux au milieu de loups ». En effet, l’œuvre missionnaire n’est pas une belle promenade à travers un champ de rose. Pensons à la Chine et au monde arabe. Nous devons nous engager à montrer à tous les hommes l’importance de la vie chrétienne pour un monde meilleur. Il ne s’agit pas d’offrir aux hommes des théories à réfléchir, mais l’exemple d’expériences de foi qui donnent un sens à la vie de la société humaine et à chaque individu. Oui, c’est Dieu qui fait venir son Règne, mais il ne veut pas le faire sans nous.

Partager cet article

Repost 0

RIP. P. Dieter Eduard Skweres

Publié le

RIP. P. Dieter Eduard Skweres

Le dimanche 26 juin 2016 est décédé dans sa 79e année, le P. Dieter Eduard Skweres, SVD, après plusieurs années de maladies et dans l'année où il célébrait son Jubilé d'Or Sacerdotal.

Que le Seigneur l'acceuille dans son Royaume !

Plus de détails nous vous donnerons dans les jours à venir...

Partager cet article

Repost 0

Méditation sur l’Evangile – 13e Dimanche Ordinaire

Publié le par SVD TOG

Méditation sur l’Evangile – 13e Dimanche Ordinaire

13e Dimanche Ordinaire (Année C)

Lc 9, 51-56.

La réaction des disciples de Jésus dans notre Evangile est compréhensible. Ils veulent qu’un feu descende du ciel pour punir les Samaritaines qui leur refusent l’hospitalité. Jésus aurait le pouvoir de punir ainsi. Mais nous savons que « Dieu n’a pas envoyé le Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui » (Jn 3, 17). Cela ne veut pas dire que c’est égal comment les hommes se comportent par rapport à Jésus. Car de la décision pour ou contre lui dépend le salut éternel. Mais personne ne peut être obligé ou forcé de croire en Jésus. Il nous adresse une invitation incessante, et il nous offre le pardon de Dieu sans relâche. Dans la Déclaration sur la liberté religieuse du Concile Vatican II, l’Eglise parle un langage clair en disant : « Cette liberté consiste en ce que tous les hommes doivent être soustraits à toute contrainte de la part tant des individus que des groupes sociaux et de quelque pouvoir humain que ce soit, de telle sorte qu’en matière religieuse nul ne soit forcé d’agir contre sa conscience, ni d’empêcher d’agir, dans de justes limites, selon sa conscience, en privé comme en public, seul ou associé à d’autres »

Partager cet article

Repost 0

Méditation sur l’Evangile – 12e Dimanche Ordinaire

Publié le par SVD TOG

Méditation sur l’Evangile – 12e Dimanche Ordinaire

12e Dimanche Ordinaire (Année C)

Lc 9, 18-24

Chaque jour presque, nous entendons qu’un kamikaze en Afghanistan ou ailleurs sacrifie sa vie pour la cause à laquelle il croit. Nous détestons une telle attitude et nous avons raison de le faire, car est-ce bon que quelqu’un se tue pour tuer ? Or, Jésus parle plutôt de faire comme lui : de se faire tuer pour faire vivre. « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix chaque jour, et qu’il me suive » (v. 23). Il est significatif de savoir que les autres Evangélistes (Mt,10,32 et Mc 8,34) disent comme Luc qu’il faut se charger de sa croix et suivre Jésus, mais Luc seul ajoute « chaque jour ». En effet, on ne peut mourir qu’une seule fois (le martyre à cause d’être chrétien), mais ici il faut faire quelque chose « chaque jour ». L’expression de « se charger de sa croix » a donc reçu une signification symbolique. Pour Luc, ce qui importe n’est pas simplement ce qui a été (la parole de Jésus « se charger de sa croix »), mais ce qui doit être la relation du croyant avec le Seigneur « chaque jour ». Supporter les peines et les ennuis de chaque jour peut être un martyre à petits coups. La seule chose que Jésus exige de ses disciples, c’est l’amour. Or, l’amour coûte cher, il peut coûter du temps, de l’argent, de la santé et - à petits coups - aussi la vie.

Partager cet article

Repost 0

Méditation sur l’Evangile – 11e Dimanche Ordinaire

Publié le par SVD TOG

Méditation sur l’Evangile – 11e Dimanche Ordinaire

11e Dimanche Ordinaire (Année C)

Lc 7,36-8,3

La pécheresse dans l’Evangile d’aujourd’hui était une prostituée connue par tout le monde et elle était méprisée par tout le monde, surtout par les pharisiens. Mais par son geste à l’égard de Jésus, elle confesse, pour ainsi dire, sa culpabilité. Jésus lui pardonne. Beaucoup lui a été pardonné. « … ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, puisqu’elle a montré beaucoup d’amour. » (v.47). La maladie du temps moderne et post-moderne est le fait qu’on ne se reconnaît plus pécheur. Or nous sommes pécheurs, nous tous. Saint Luc est le seul Evangéliste qui raconte l’histoire de la pécheresse. En effet, il est l’Evangéliste de la miséricorde de Dieu. D’après lui, Jésus nous annonce un Dieu dont la miséricorde est plus grande que la justice. La justice n’est pas effacée. Nous devons tous paraître devant le tribunal du Juge. Mais la miséricorde du Juge sera plus grande que sa justice. St. Paul a écrit : « Dieu a enfermé tous les hommes dans la désobéissance pour faire à tous miséricorde » (Rm 11,32). Jésus n’exclut personne de la miséricorde de Dieu.

Dans notre temps, la violence devient de plus en plus brutale. On ne coupe pas seulement la tête aux adversaires, mais on montre aussi cette barbarie dans l’internet. Nous chrétiens, vivons dans la foi du Ressuscité qui était lui-même victime de la torture. Cloué à la croix, il disait : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font ». Qu’en toute sincérité nous disions à ceux qui infligent du mal : « Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. »

Partager cet article

Repost 0

Méditation sur l’Evangile – 10e Dimanche Ordinaire

Publié le par SVD TOG

Méditation sur l’Evangile – 10e Dimanche Ordinaire

10e Dimanche Ordinaire (Année C)

Lc 7, 11-17

Là où il s’agit de la mort, notre confiance en Dieu est radicalement mise à l’épreuve. La plupart de nous a peur de la mort et se demande : Est–ce que la mort nous livre au néant ? La Bible dit clairement non. Selon elle, nous continuons à exister après notre mort. Est-ce que notre Evangile le dit aussi ? Le jeune homme est redonné à la vie que nous connaissons et un jour, il doit quand même mourir comme nous tous.

Notre récit de miracle veut nous dire quelque chose sur Jésus. « Un grand prophète s’est levé parmi nous… ». Le peuple d’Israël attendait, pour le dernier temps, la venue de ce « grand prophète ». Or, Luc veut dire : « Il ne faut plus attendre. Jésus est ce « grand prophète ». En Jésus agit ce Dieu qui ressuscite les morts. Il faut une très grande confiance en Dieu puis là où nous ne pouvons absolument plus rien faire, car nous ne sommes plus – dans la mort – il fera tout pour et nous serons de nouveau. L’amour est plus fort que la mort. Dieu est amour.

Partager cet article

Repost 0