Hommage du P. Marian Schwark au P. Raphaël Adjola de Kara

Publié le par SVD TOG

adjola01.JPGLa semaine passée, la communauté chrétienne du diocèse de Kara, en présence de 8 évêques dont le Nonce Apostolique et d'un grand nombre de prêtres venus de tous les diocèses du Togo, a rendu le dernier hommage à un grand prêtre (55 ans de sacerdoce) et à un grand traducteur de livres liturgiques et de la Bible en kabiyé. C'est l'histoire qui reconnaîtra un jour, à sa juste valeur, le travail exceptionnel du P. Raphaël Adjola qui a consacré toute sa vie à l'annonce de la Parole de Dieu en kabiyé. Il n'a pas cherché à s'enrichir mais il laisse derrière lui un trésor inestimable: la traduction  en kabiyé du Nouveau Testament, du Missel Dominical, du Missel de la semaine, de la Bible et de tous les autres livres liturgiques. Que les générations futures corrigent, complètent et perfectionnent ce que infatigable Père Adjola avait initiés! Vu qu'après plus de 100 ans d'évangélisation on n'a pas encore aucune traduction catholique ni du Nouveau Testament ni de la Bible en ewé ( sauf le Missel dominical et le livre de prières et de chants Dzifomo), je ne crois pas que quelqu'un pourra "battre" le record du P. Adjola.

Je le connaissais depuis 36 ans comme prêtre. Mais son travail immense comme traducteur, je l'ai découvert en 1994. Il cherchait un éditeur pour publier la traduction du NT et du Missel Dominical en kabiyé. Je l'ai mis en contact avec Verbum Bible. Il a fait un séjour de quelques mois à Estella, à l'Editorial Verbo Divino, en Espagne, en surveillant de près l'impression et l'édition du NT et du Missel Dominical en kabiyé. Il était déjà âgé. En blaguant, je lui disais souvent q"il n'allait pas connaître la mort avant d'avoir traduit en kabiyé toute la Bible". Il a fait plus que cela. Il ne me reste plus qu' à dire: "Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur, le Père Adjola, s'en aller en paix..."

P. Marian Schwark, SVD

(Photo: www.diocesedekpalime.tg)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article